14
juil

Quand le marketing tue les ONG

20-don

J’ai reçu une lettre cette semaine de la part d’une ONG. Il s’agissait d’un mailing envoyé dans le but de récolter des fonds pour financer une action d’aide aux enfants victimes de malnutrition.

L’enveloppe était épaisse et lourde. Avant même d’ouvrir ce courrier, ma première réaction a été de me dire que l’envoi avait dû coûter une fortune… mais je n’étais pas au bout de mes surprises !

Indigestion

Comme je travaille pour une imprimerie (écologique, qui plus est), mon approche vis à vis des prospectus est relativement critique… et elle le fût pour le coup. A mon sens, le contenant avait ici pris le pas sur le contenu (le message).

J’avoue avoir été choqué par un trop grand nombre de supports (surtout quand on imagine le coût que cela peut représenter). Je dirais même qu’au delà de ma petite personne, cette campagne pourrait heurter le bon sens de bien d’autres personnes.

21-don

Too much is too much

Pour bien comprendre toutes les opérations d’impression et de finition nécessaires pour réaliser un tel mailing (pliage, collage, encartage), voici le contenu de l’enveloppe en détail :

  • 1 enveloppe à fenêtre / impression quadri (4 couleurs)
  • 1 carte recto-verso / impression noir & blanc
  • 1 enveloppe ECOPLI / impression noir & blanc
  • 3 cartes de correspondance 2 volets (1 pli) / impression quadri recto + vernis
  • 3 enveloppes imprimées / impression 1 couleur recto
  • 1 courrier A4 / 2 plis roulés / impression recto-verso 2 couleurs
  • 1 dépliant 2 volets (1 pli) / prédécoupé / impression recto-verso 2 couleurs / repiquage de l’adresse postale (selon une base de données)
  • 1 post-it / impression recto 2 couleurs
  • 1 seringue en plastique

La motivation clé du don

Les services marketing ont parfois la main lourde, et l’impact peut s’avérer décevant tant d’un point de vu financier qu’éthique : il convient alors de se rappeler que si les gens donnent, ils sont d’autant plus attentifs à la façon dont on utilise leur argent.

Je crois qu’il ne faut pas sous-estimer la capacité des personnes à donner dans le cadre d’une campagne d’appel aux dons plus « classique », car ce qui touche les donneurs au final, n’est-ce pas d’avantage l’idée de savoir un enfant guéri que la vision d’un bac de tri sélectif bien rempli ?


7 commentaires

  1. lucas dit :

    Le cout de ce mailing doit être vraiment élevé, quel gaspillage. Alors que cet argent serait nettement plus utile sur le terrain.
    Cela ne donne pas envie de leur faire un don.

  2. Thibault dit :

    Il est certain que recevoir un courrier aussi rempli pour une ONG laisse à réfléchir. Effectivement je préfère que mon argent soit utilisé entièrement (ou du moins le plus possible) à des fins humanitaires et non publicitaires ! C’est dommage qu’ils soient tentés de faire comme les grandes entreprises alors que leur but n’est pas le même !

  3. Marc dit :

    Tout à fait d’accord avec votre analyse. Dans ce type de cas, je pense qu’il vaut parfois mieux avoir une approche minimaliste plutôt que d’envoyer tant d’information. Sans être imprimeur, on imagine bien le coût total de ce type d’envoi :/

  4. flora dit :

    Très bonne analyse de la situation, merci !

  5. raulo dit :

    Analyse très pertinente, il faudrait pouvoir optimiser les ressources dont on dispose et spécialement quand elles sont réduites…

  6. emmanuelle dit :

    j’ai eu une expérience similaire sur une fondation pour les chiens d’aveugle. Mes enfants étaient petits et ils voulaient que je paye juste pour garder la peluche de labrador made in china envoyée avec …

  7. Jeanne dit :

    Le sujet est très intéressant, notamment d’une analyse profonde sur le sujet ! « l’impact peut s’avérer décevant tant d’un point de vu financier qu’éthique », dans la grande partie des cas, je pense. Ce qui est vraiment dommage…
    Un billet captivant, bravo !

Laisser une réponse


Subscribe without commenting





Imprimer Naturellement by Imprimerie Villire